Torta Monferrina

Spread the love

Sublissime recette, trouvée sur le magnifique blog Un déjeuner de soleil, la torta Monferrina est une pure merveille italienne automnale. Une recette traditionnelle du Piémont, province du Nord-ouest de l’Italie… Plus exactement du Montferrato (Monferrat en italien), aire viticole et agricole du Piémont, qui couvre les provinces d’Asti et Alessandria. Une tarte qui n’en est pas une, plutôt un gâteau à l’allure de tarte. Une tarte  qui a en elle l’un des goûts italiens que j’aime le plus : ce mélange de fruits secs (qu’ils soient amandes, raisins, pignons, noisettes, figues ou autre),  de chocolat (ou cacao ), de fruits confits divers, et parfois d’alcool (Amaretto, Marsala, Rhum, …), qu’on retrouve dans beaucoup de desserts. Le panforte (gâteau toscan à base de miel, fruits secs et épices), le bonèt (flan piémontais à base de lait, d’oeufs, de chocolat, d’amaretti écrasés et de rhum) sont parmi mes préférés.

Lorsqu’on mange une part de cette torta, on s’imagine tout autant assis, emmitouflés sur une terrasse turinoise, que serrés en famille autour d’une table en bois usée et chargée de mémoire, dans un village de montagne.

 

torta-montferrina-1

La recette de base est constituée de courge (zucca), de pomme (mele) et de chocolat ! Le reste est variable: amaretti écrasés, fruits secs (noisettes, figues,…), parfums d’orange confite, de rhum ou d’amaretto… Elle ne contient pas de farine. La consistance finale n’est pas du tout sèche, mais au contraire très moelleuse. Par ailleurs, c’est une recette assez saine, qui ne contient pas de graisse, et très peu de sucre.

Il existe plusieurs versions de cette ancienne pâtisserie piémontaise, dont certaines ne contiennent par exemple que des pommes, et pas de fruits confits (du zeste de citron ), et parfois des noisettes, autre spécialité du Piémont (… hmmmm.. le gianduja !!!)

Je trouve (cela n’engage que moi) que l’ajout d’écorces d’oranges confites est indispensable et équilibre parfaitement les différentes saveurs.

J’ai suivi à la lettre la recette de Edda (pour un moule de 22 cm):

  • 2 pommes (environ 400 g au total) + 30 g de sucre + 1 c à soupe d’eau pour la cuire
  • 300 g de chair cuite de courge (la butternut est idéale. Ne pas prendre une courge trop aqueuse ou filandreuse. Elle doit être douce. ) + 30 g de sucre + 2 c à soupe de lait (ou de lait végétal) pour la cuire
  • 70 g de bon chocolat noir
  • 1 c à soupe de cacao
  • 3 amaretti secs (ou 50 g de noisettes ou amandes: dans ce cas, je rajouterais de l’amande amère pour retrouver le goût des amaretti)
  • 40 g de raisins secs
  • 60 g de figues séchées ou orange confite ou bons pruneaux (j’ai utilisé moitié figues/moitié oranges confites, et vraiment les oranges subliment ce dessert: à ne pas oublier !): hachés en menus morceaux
  • 1 oeuf entier
  • 1 pincée de sel
  • pour le moule: beurre ou margarine, et farine de riz (ou de maïs) très fine

Faire tremper les raisins secs un quart d’heure dans un bol d’eau tiède.

Couper les pommes en tranches très fines, et les attendrir environ 15 minutes dans une casserole avec le sucre et l’eau.

Couper la courge en petits dés et la cuire environ 20-25 minutes dans une casserole avec le sucre et le lait.

Mixer (ou râper au couteau) le chocolat avec les amaretti (ou les noisettes/amandes). Ajouter l’oeuf battu, les raisins égouttés, les figues séchées coupées en menus morceaux (et/ou les petits dés d’écorce d’orange confite), le cacao, le sel, l’alcool que vous avez choisi, puis incorporer la chair de la pomme et de la courge. Mélangez bien… Surtout sentez votre saladier… On a déjà envie de l’avaler tout cru… Ce mélange de fruits secs, d’orange, de chocolat noir, relevé avec une pointe d’alcool … Le rêve !!!

Préchauffez votre four à 160°C. Graissez un moule de 22 cm (beurre ou margarine ) puis farinez-le avec la farine de riz ou de maïs.

Versez la préparation dans le moule, tassez bien, puis enfournez pour environ 1 heure.

A la sortie du four, la tarte est encore très molle. C’est normal ! Il faudra attendre un peu pour qu’elle durcisse. Si vous l’aimez encore plus cuite, vous pouvez la cuire quelques minutes supplémentaires. Elle peut se préparer la veille (encore meilleure), et se conserver trois jours au frais. Il est alors bon de la faire légèrement tiédir avant de la servir.

torta-montferrina-2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *